Restons connectés

 

L'éditorial des économies d'Asie par Arnaud Rodier, journaliste

 

POURQUOI CE SITE

 

Chine, Corée, Japon, Asean, l’association des dix nations de l’Asie du Sud-Est, la puissance économique de l’Asie n’est plus à démontrer. Elle fascine le monde tout autant qu’elle fait peur.

 

À Pékin, Xi Jinping s’appuie de plus en plus sur l’argent des hommes d’affaires, mais il demande aux membres de son gouvernement de faire preuve de frugalité et de ne pas étaler leurs richesses.
En Corée du Sud, une femme a pris le pouvoir, alors qu’elles sont si peu nombreuses à l’avoir dans les universités ou dans les entreprises. Et le Nord communiste, aux mains de Kim Jong-un n’en finit pas de souffler le chaud et le froid avec l’arme nucléaire. Au Japon, la population vieillit, les jeunes se referment sur eux-mêmes, s’isolent et se coupent d’une réalité qu’ils confondent parfois avec les mangas.
En Asie du Sud-Est, l’Occident redécouvre l’Indonésie, le pays qui compte le plus de musulmans au monde, et la Malaisie, qui se veut le carrefour de la finance islamique dans la région. Le Vietnam, le Laos, le Cambodge, la Birmanie deviennent les nouveaux Eldorados des investisseurs étrangers pour qui la Chine est devenue trop chère.
Journaliste depuis plus de quarante ans, aux Échos, à la Tribune, à l’Express, rédacteur en chef adjoint au Figaro, responsable pendant plus de dix ans de la zone Asie pour le service économique, je lance un site internet dédié aux économies d'Asie. Il prend, avec une toute autre dimension, la relève du blog Regards sur l'Asie qui ne disparaîtra pas pour autant.
Ce site proposera un regard original sur les économies des pays d’Asie en choisissant des angles précis plutôt que de balayer simplement l’actualité. Il dispensera une information à forte valeur ajoutée destinée aux Français ayant des centres d’intérêts prononcés pour l’Asie, et aux Asiatiques qui ciblent la France.
Il se justifie par la montée en puissance des investissements asiatiques en Europe et en France, et par l’augmentation des implantations d’entreprises françaises en Asie, notamment en Chine et en Corée.
Il invitera régulièrement des personnalités, dont les compétences sont mondialement reconnues, à écrire dans ses colonnes, à décrypter l'économie de l'Asie, à proposer des analyses approfondies des grandes tendances qui construisent le futur de cette région, l'une des plus riches du monde.
 
Arnaud Rodier, septembre 2014