Restons connectés

 

L'éditorial des économies d'Asie par Arnaud Rodier, journaliste

 

LES NOUVEAUX MILLIARDAIRES CHINOIS SOIGNENT LE PARTI

 

Soit ils calent leur réussite sur celle d'un haut dirigeant politique, soit ils s'abritent derrière pour se couvrir.

 

Qian ke tong shen. L'argent permet de toucher les dieux, dit un proverbe chinois. En fait, il permet surtout de toucher le Parti.
La rocambolesque disparition de Guo Guangchang, patron de Fosun et propriétaire du Club Med, arrêté le 10 décembre à l'aéroport de Shanghai par la police et réapparu le 14 dans un hôtel de la ville pour une conférence sur son groupe comme si de rien n'était, en est la preuve.
La Chine compte aujourd'hui 335 milliardaires, 38% de plus qu'il y a un an. Ils pèsent 830 milliards de dollars, ce qui permet au pays de se placer juste derrière les États-Unis.
En tête, Wang Jianling, 61 ans, autodidacte originaire de Pékin, dont la fortune réalisée dans l'immobilier est évaluée à 30 milliards de dollars. Il possède plus de 125 centres commerciaux haut de gamme et 68 hôtels 5 étoiles. Il a racheté en janvier 2015 20% du capital de l'Atletico Madrid.
Vient derrière lui Jack Ma, le patron d'Alibaba, roi d'internet et du téléphone mobile en Chine. Installé à Hangzhou, il va débourser plus de 242 millions d'euros pour reprendre le South China Morning Post, le plus grand journal de Hongkong qui édite notamment Elle, Cosmopolitan et Esquire. Au passage, il prend le contrôle des médias dans l'ancienne colonie britannique.
Ces milliardaires n'ont aucun scrupule. Mais ils ont des caprices.
Liu Yiqian, un ancien chauffeur de taxi qui a fait fortune dans l'immobilier, la pharmacie et la finance, s'était offert l'an dernier pour 36 millions de dollars une céramique rarissime vieille de 500 ans. Il y a un mois il s'est payé pour 170,4 millions de dollars, chez Christie's à New-York le "nu couché" de Modigliani, peint en 1917.
Simple collaboration
Joseph Lau, qui dirige à Hongkong la Chinese Estates Holdings, a de son côté acheté coup sur coup en deux jours en mai le tableau de Picasso "buste de femme" pour 67,4 millions de dollars et une peinture de Roy Lichtenstein, "the ring" pour 41,7 millions de dollars. Et en novembre, à 64 ans, il s'est offert en Suisse deux diamants, de respectivement 29,2 et 48,8 millions de dollars, destinés à sa fille de 7 ans, Joséphine.
Il fut un temps où le Quotidien du Peuple, l'organe du parti communiste, citait la "liste de mise à mort des cochons qui s'engraissent". On en est très loin. Aujourd'hui "faire de l'argent c'est facile, c'est le dépenser qui est difficile", rétorque froidement Jack Ma dont la fortune évaluée à 24 milliards de dollars.
Mais il faut aussi payer son ticket d'entrée. Le gouvernement fait a guerre à la corruption, aux pots-de-vin, aux cadeaux somptuaires et à la richesse ostentatoire. Du coup, le patron de Fosun en réapparaissant a simplement laconiquement déclaré qu'il avait "collaboré avec les autorités chinoises" pendant quatre jours. Sans autre commentaire.
S'il est vrai qu'ils ne sont pas tous directement soupçonnés de corruption, ces milliardaires qui s'absentent tout à coup sans raison doivent être "protégés" pour éviter qu'ils ne parlent à des amis ou à de la famille qui seraient tentés, eux, de tricher, expliquent benoîtement les pouvoirs publics.
Les grands patrons chinois alimentent il est vrai les investissements du pays à l'étranger. Ils ont augmenté, hors finance, de 12,6% sur un an en novembre, à 8,92 milliards de dollars. Et totalisent 104,13 milliards de dollars pour le onze premiers mois de l'année 2015. Soit 16% de plus que pour la même période de l'an dernier.
Moins de quarante ans
Des chiffres qui expliquent qu'il faille bien les ménager. Mas en même temps, ces chefs d'entreprise savent bien qu'ils ne réussiraient pas s'ils n'avaient pas tous intégré à divers degrés les réseaux politiques.
Soit ils calent leur ascension sur celle d'un haut dirigeant au sein du Parti, soit ils rendent à ce dernier des services qui leur permettent de couvrir leurs risques.
Les crédits accordés par les banques d'État aux grands groupes dépendent directement de leurs connexions politiques. Si elles sont bonnes, elle prêtent sans rechigner. Si elles ne le sont pas elles ferment la porte. C'est ce qui permet à Fosun de dire haut et fort aujourd'hui que les affaires "continuent normalement".
Et ce n'est pas prêt de finir. Forbes Chine recense pour cette année pas moins de 15 nouveaux milliardaires chinois de moins de 40 ans. Et parmi eux deux femmes, dont la plus riche, Yang Huiyan, âgée de 34 ans et vice-présidente du Country Garden Holdings, dispose de 4,58 milliards d'euros. Ils ont réussi dans la finance, l'innovation et les technologies de pointe.
Eux aussi seront appelés à disparaître momentanément un jour ou l'autre. Tout comme Mike Poon, le propriétaire de l'aéroport de Toulouse,  absent de son bureau pendant 6 mois cette année. Sans qu'aucune explication n'ait été donnée. Mais cela n'a pas empêché les avions de décoller de la ville rose.
 
 
 
Arnaud Rodier, décembre 2015
 
Ce site est suspendu pour les fêtes de Noël. Il reprendra début janvier. Merci à tous. Joyeux Noël et très Bonne Année 2016.